> En pédagogie, ne confondons pas courants, méthodes et outils

activité automne

Les projets d’établissement et les projets d’accueil citent les auteurs et les mouvements qui inspirent les professionnels de la petite enfance. Les références choisies n’ont pas les mêmes répercussions sur les pratiques professionnelles, selon qu’elles concernent un courant de pensée, une méthode reconnue ou un outil pédagogique.

En pédagogie, les mêmes mots n’ont pas des sens identiques selon qu’on parle de l’apprentissage des langues, de l’acquisition d’une technique propre à un seul métier ou de l’éducation d’un être humain depuis sa naissance.

Les psychologues pour aider à penser, les pédagogues pour aider à faire

Elles sensibilisent aussi à la connaissance des méthodes actives car ce sont celles qui trouvent une application directe avec les jeunes enfants. Sur le terrain, les auteurs cités dans les projets écrits sont ceux qui ont nourri la réflexion individuelle ou en équipe avant de le rédiger. Une notion de pédagogie, avec le dispositif qui en découle, mérite d’être étudiée dans ses fondements et dans ses conséquences autant qu’une notion en psychologie. Même si son objet d’étude est plus concret, le temps de la réflexion pédagogique est aussi important que le temps de la réflexion psychologique et n’est pas plus facile.

Se situer par rapport à un courant pédagogique … ou pas

Depuis quelque temps, la pédagogie semble à la mode dans le milieu de la petite enfance. Ceci s’explique en partie par un certain retour des pédagogies dites nouvelles, différentes, alternatives dans les attentes des parents et dans les médias. Elle est aussi, pour les professionnels d’aujourd’hui, un moyen de s’éloigner définitivement de l’origine hygiéniste et médicale de ces lieux d’accueil. Enfin, elle est devenue un argument commercial dans un climat de compétition entre petites et grandes structures, entre structures privées et publiques et plus encore, entre structures privées elles-mêmes.

En fait, la pédagogie devient une caution de qualité d’accueil seulement à condition d’être le fruit d’une recherche d’adéquation entre des valeurs éducatives auxquelles on croit, des contraintes organisationnelles incontournables et la prise en compte des besoins des familles. Bien sûr, il y a des points de jonction entre tous ces courants et les professionnels peuvent être tentés par ces discours sans vraiment réussir à se positionner. Effectivement, il n’est pas simple de s’y retrouver sans se plonger dans la lecture des chercheurs en sciences de l’éducation qui étudient l’évolution de ces courants, de leur naissance à leur dernière actualité. Afficher une pédagogie dont on ne maîtrise pas les grandes lignes directrices et les notions fondatrices est peu souhaitable.

Une description claire de ce qui nourrit notre regard sur l’enfant et ses progrès, complétée par la citation précise de phrases inspirantes, est une démarche pédagogique modeste qui est un bon support de dialogue entre professionnels et avec les parents. Bien sûr, cette dernière recommandation concerne uniquement ceux et celles qui n’inscrivent pas déjà leur action éducative dans un courant en général ou une méthode en particulier, tout en sachant exactement pourquoi et comment.

Les méthodes pédagogiques ont chacune leur histoire

Les différences entre « courant » et « méthode » ne sont pas toujours bien nettes, d’autant plus qu’il arrive que le simple mot « pédagogie » soit utilisé indifféremment pour l’un ou l’autre. En général, une méthode désigne une approche plus restreinte, associée à un seul auteur ou à un seul concept alors qu’un courant peut être représenté par plusieurs méthodes, comme expliqué ci-dessus. Je fais le choix de ne pas citer ici des méthodes beaucoup plus récentes, dont l’histoire n’est pas finie d’être écrite et dont je ne sais pas encore si elles sont une méthode à part entière, une approche originale qui découle d’une méthode plus ancienne ou un courant pédagogique en émergence. Concernant la petite enfance, une méthode décrit un ensemble cohérent de pratiques éducatives, dans leurs aspects relationnels et environnementaux, qui couvrent à la fois les activités de la vie quotidienne et les activités d’éveil .

La méthode Montessori ne se réduit pas au matériel sensoriel et à une ellipse dessinée au sol, la méthode Pikler-Loczy ne se résume pas à désigner une personne de référence et à valoriser la motricité libre, la méthode Steiner ne concerne pas uniquement le rapport à la nature et à l’imaginaire. Une méthode ne s’apprend pas et ne se met pas en œuvre en un jour car elle se transmet par l’exemple, la concertation et la réflexion.

Des outils pédagogiques « clés en main » ou presque

De même qu’un outil de bricolage est un objet fabriqué en vue d’exercer une action précise et comporte un mode d’emploi, un outil pédagogique est un support qui a été formalisé de manière à être utilisé après des explications et un peu d’entraînement. Par exemple, une crèche bilingue n’est pas systématiquement montessorienne et vice-versa, même si ces deux caractéristiques sont assez souvent présentes dans la même structure. Les signes pour communiquer avec les bébés peuvent être associés indifféremment à d’autres pratiques pédagogiques. Quelques-uns ne se limitent pas à la maîtrise d’un support et ont une visée éducative plus vaste, ce qui les rapproche d’une méthode ou d’un courant.

Ce qui permet de les distinguer en tant qu’outil pédagogique est le fait qu’ils sont compatibles entre eux. Ils s’apprennent et se pratiquent sans nécessairement être accompagnés de justifications théoriques, contrairement aux méthodes dont la finalité traduit une conception de l’enfant et de sa place dans la société.

Agir en réfléchissant, réfléchir en agissant

Ces propos sont nés du constat trop répété, sans être généralisé, de références approximatives dans la présentation d’un lieu d’accueil du jeune enfant. Au risque de manquer de rigueur par rapport à un discours s’appuyant sur des travaux de recherche, ma mise en garde sur le vocabulaire de la pédagogie veut simplement donner des éléments que chacun, chacune, peut réinterroger à l’éclairage de ses propres connaissances et expériences.

Résumé de l'article rédigé par Fabienne Agnès Levinepsychopédagogue, publié dans les pros de la petite enfance, octobre 2021

 

 

 

 

 

 

 

Uploader une image: