Un mode d'accueil personnalisé à votre domicile encadré par des professionnels
Accueil » Blog » 10 bonnes raisons pour proposer des journées sans jouets

10 bonnes raisons pour proposer des journées sans jouets

Bien souvent, les tout-petits se lassent vite des jouets mis à leur disposition […]les rotations Alors comment faire pour susciter leur intérêt, sans refaire l’intégralité du stock de jeux ? Pour Agathe Seube, auxiliaire de puériculture, EJE, et aujourd’hui assistante maternelle, une piste très simple est de leur proposer des moments sans jouets. Et voici ses 10 bonnes raisons pour se lancer.

 

1. C’est économique
[…]
Et cela, est d’autant plus vrai dans cette période d’inflation que l’on traverse. Plusieurs facteurs jouent un rôle important, mais sans aucun doute, l’utilisation de jouets « basiques » et déclinables, ou pouvant être facilement construits avec du matériel « de récup’ » dans l’environnement direct de l’enfant et de sa famille, contribue significativement à la réduction des coûts d’acquisition de matériel (bouteilles en plastique, boîtes et rouleaux de papier toilette, chutes de vêtements et bouteilles sensorielles composées de graines ou cailloux, etc).
A noter : plus le jouet sera polyvalent et facile à manipuler, plus il aura de succès auprès des jeunes enfants.

2. Cela contribue à l’apprentissage de la valeur des objets
Profiter du packaging d’un produit pour jouer et créer, c’est comprendre que « tout ne s’achète pas », transmettant ainsi la notion et la valeur de la réutilisation.
En effet, ce qui est considéré pour beaucoup comme un « déchet », s’avère être pour les enfants une merveilleuse occasion de laisser libre cours à leur imagination.
Chaque jour, les enfants reçoivent un bombardement de publicités faisant la promotion de nouveaux jouets, poupées, consoles de jeux ou articles en tout genre. Il est normal que cela suscite l’envie et la curiosité, car tel est l’objet même de la publicité. Les parents quant à eux enseignent la plupart du temps aux enfants « qu’on ne peut pas avoir tout ce que l’on veut dans la vie ».  Il est évident qu’il n’est pas nécessaire de posséder tout cela, et qu’en cas de réel désir de l’objet, il est possible de le réaliser, avec un peu de créativité. Une leçon précieuse pour l’avenir des enfants…
Certains professionnels émettent des réticences quant à la possibilité de « destruction » rapide de ces éléments. Il peut sembler que la fragilité d’un élément du jeu soit un point négatif, voir un frein à la proposition d’utiliser des cartons par exemple.  S’habituer à jouer avec des matériaux en carton, qui sont relativement fragiles et se ramollissent après de nombreuses utilisations, peut être plutôt positif pour l’apprentissage.  
Pour les plus grands, s’ils veulent le garder longtemps, cela peut être source de motivation d’user de délicatesse envers le matériel.

3. C’est favorable à la création de lien
Un « retour au basique » incite l’adulte à s’installer au sol avec les enfants et jouer avec eux.
Que ce soit avec un rouleau de sopalin ou une bouteille vide à faire rouler, les journées sans jouets sont toujours propices aux interactions, à la qualité des échanges, au tissage de lien entre enfants, et aussi avec le professionnel.
Que de beaux moments partagés au milieu d’emballages servant pour des jeux de « coucou caché ». N’est-ce pas mieux qu’une montagne de jouets !?
Avec un peu d’imagination, on peut se cacher, créer une superbe cabane, ou un tunnel à traverser, autant de jeux de « coucou caché » ou encore de permanence de l’objet.

4. Cela a une vertu apaisante
Que ce soit : vider l’espace, proposer du matériel de récupération, ou encore sortir et admirer la nature, cela contribue systématiquement à l’apaisement des petits, comme des grands. Quant aux matériaux de « recyclages » ils sont pour la plupart de couleurs sobres, harmonieuses, tel que le marron clair de la couleur d’un carton, bien loin des couleurs criardes et excitantes -trop souvent- attribuées à la petite enfance. En effet, la couleur marron n’attire pas l’attention sur elle-même, elle ne sur stimule pas, ce qui laisse place instinctivement à l’imagination et à l’ingéniosité des jeunes enfants.

5. C’est provoquer une rencontre avec la nature et s’y reconnecter
Quel outil merveilleux l’extérieur, pour stimuler l’éveil, favoriser les expériences, développer la créativité. La nature invite à l’imagination, à la créativité, à se salir, à créer des gâteaux de boue, à transformer des pierres et des bâtons en pièces de construction. Le fait qu’en milieu naturel l’environnement ne puisse être maîtrisé favorise l’ingéniosité, tout en favorisant l’autonomie, qui s’affirme d’ailleurs plus à l’extérieur qu’en intérieur. Cela contribue aussi, à la stimulation des sens, à la diminution du stress, au contrôle des émotions favorisant ainsi la relaxation et la concentration.

6. C’est participer à la promotion de l’écologie et du recyclage de façon ludique
Gâce à ces temps de jeu sans jeux, le moment est venu d’aborder et d’encourager l’habitude du recyclage.  La plupart des matériaux utilisés pour les projets de bricolage sont des éléments que nous avons tous à la maison : des emballages recyclés, des bouteilles et cartons que nous utilisons quotidiennement.  De cette façon, chacun apporte sa contribution en générant moins de déchets, contribuant ainsi à la préservation de la planète.  Cette leçon doit être apprise par les enfants le plus tôt possible, ils doivent grandir en sachant en quoi consiste le recyclage.

7. Ça permet de « casser la routine »
Casser la routine, susciter l’intérêt, un succès garanti dont les journées de « jouer sans jouets » sont la clé. Quelle surprise d’arriver dans un lieu connu, dépourvu des jouets habituels. Garnis de matériaux « du quotidien » parfois inaccessibles car partant directement à la poubelle jaune. Au-delà de l’effet de surprise ces types d’éléments donnent une liberté créative aux enfants.  L’emballage est livré sans manuel d’instructions, ils peuvent l’utiliser comme ils le souhaitent ; alors qu’à l’intérieur de l’emballage le jouet a un mode d’emploi. Bien sûr, il existe des jouets très ouverts, mais en général, ils ont tendance à servir un objectif précis.  

8. Cela développe l’imaginaire des enfants
Maisons de poupées, châteaux médiévaux, voitures de course…  L’imagination n’a pas de limite lorsqu’il s’agit de profiter des cartons. Sans conteste, le carton est un matériau qui attire les enfants.  C’est un classique de les voir s’amuser à entrer dans des cartons pour les transformer en maisons, en voitures… C’est un jeu symbolique de valeur sûre : adopter un matériau ou un objet pour le transformer en un autre, au gré de ses propres envies et préoccupations.
Mais pourquoi le carton a-t-il autant de succès ?  Pourquoi est-il si facile pour un enfant de le transformer en une multitude d’autres choses ? La raison réside certainement dans le potentiel du matériau : simple, ouvert, flexible et polyvalent. 

Les matériaux en carton sont des éléments de jeu non structurés. Ils ne représentent rien de particulier, ils ne sont ni une poupée, ni une voiture, ni un avion, bien qu’ils puissent être tout cela et bien plus encore.  Selon leur forme et leur taille, ils inspireront les enfants avec une multitude de choses et d’idées différentes, en fonction du stade de développement et des besoins de l’enfant.

Ces matériaux libèrent l’imagination des enfants dans le sens où ils ne l’arrêtent pas. Simplement car ils n’ont pas d’objectif prédéterminé, qui amène les enfants à jouer quelque chose en particulier.  Les matériaux recyclés sont un point de départ pour développer la créativité et l’imagination de ces derniers.

9. Ça encourage la posture observante du professionnel 
L’adulte peut commencer par observer et se demander, quels emballages pourraient être intéressants pour jouer.  Convient-il d’incorporer cette boîte en carton ou ce tube, ou ce petit plateau comme élément de jeu ? Bientôt, les enfants adopteront également cette attitude, devinant et inventant de nouvelles utilisations pour la myriade de choses et de matériaux qu’ils observent.

10. Ça permet de se questionner sur la posture et l’accompagnement de l’adulte dans le jeu de l’enfant
Pour que l’imagination de l’enfant fasse son apparition, il est aussi important que l’adulte la respecte. Quelle posture l’adulte doit-il avoir vis-à-vis des cartons, extérieur ou tout autre objet recyclé ?  
Voilà une interrogation qui pourrait surprendre, mais la réponse est importante car l’adulte ne doit pas interférer, il peut accompagner, être présent mais il doit limiter ses interactions, sauf si l’enfant le sollicite pour quelques suggestions.
Bien sûr, cela devrait être le cas dans la plupart des jeux, mais avec les boites ou les cartons se produisent des jeux… curieux… et on se surprend souvent à faire des propositions d’améliorations (« si on faisait une fenêtre par-ci… une porte par-là… »), interférant ainsi avec leurs propres inventions.
Prenons l’exemple d’un enfant imaginant se trouver dans une voiture, après s’être faufilé à l’intérieur d’un grand carton.  En tant qu’adultes, on a toujours l’envie de transformer cette boîte en carton en une voiture plus réelle. On suggère donc d’ajouter des roues, peut-être un volant, alors que son jeu était déjà un jeu complet pour lui…
De cette façon, on limite également les possibilités du carton. Ce dernier perdra tout le potentiel qu’il avait, pour ne devenir « qu’une voiture » qui aurait pu évoluer, en maison, table, ou bon nombre d’autres merveilleux objets.
Cet enfant avait-il besoin de l’intervention de l’adulte ? Certainement pas ! Il pouvait voir la voiture dans la boîte sans la transformer.
Ce n’est pas pour autant qu’il ne faut jamais leur suggérer d’idées… mais plutôt ne pas « ajuster » tout ce qui sort de leur imagination. On ne s’en rend peut-être pas compte, mais ces petites « astuces » qu’on leur donne peuvent parfois anéantir complètement un moment unique d’imagination.
On peut à des moments précis, prendre plaisir à créer pour l’enfant (avec ou sans lui), mais lorsque ce dernier crée, comme lorsqu’il est en train de jouer, il ne faut pas l’interrompre, ce moment de jeu est précieux.

Pour conclure, ce ne sont pas les jeux qui ont de l’importance, mais l’expérience. Ce qui ouvre de nouveaux mondes, de nouvelles perspectives, c’est l’expérience que le jouet ou l’objet peut offrir, quand il peut être détourné.
Plus l’objet offre de la polyvalence plus il y aura d’expérience. Ainsi, un jouet polyvalent aura donc une durée de vie plus longue. Il est toujours bon de considérer toutes les possibilités qu’il offre (à utiliser à l’intérieur ou à l’extérieur, seul ou à plusieurs, s’il peut être combiné avec d’autres que nous avons déjà ou avec de la recup’…)
Proposez des temps de jeu sans jeux, vous verrez, c’est merveilleux.

Article rédigé par : Agathe Seube Publié le 18 octobre 2022

Mis à jour le 01 novembre 2022