> Mon bébé est né prématuré

Votre bébé arrive au monde avec quelques semaines d’avance ? Pour l’aider à grandir dans les bonnes conditions, vous devez prendre certaines mesures, certes différentes de celles d’un bébé né à terme.

Votre bébé arrive au monde avec quelques semaines d’avance ? Pour l’aider à grandir dans les bonnes conditions, vous devez prendre certaines mesures, certes différentes de celles d’un bébé né à terme.

Mieux cerner la prématurité

La prématurité est un cas de naissance qui concerne en moyenne 700 000 femmes en France. Il s’agit ainsi d’une situation selon laquelle le bébé nait avant le 8e mois de grossesse. On parle ainsi d’une naissance prématurée moyenne lorsque celle-ci arrive entre 34e et la 37e semaine d'aménorrhée, et de grand prématuré lorsque le bébé naît avant la 33e semaine de grossesse.

 

Passer par la couveuse

Le passage à la couveuse est une étape incontournable pour les bébés nés prématurément. En effet, sachez qu’un bébé prématuré présente une thermorégulation immature, c’est-à-dire qu’il a encore des difficultés à se réchauffer et à gérer sa température corporelle, d’où l’utilité de le placer dans un incubateur. Isolé dans ce type de dispositif stérile, il sera également protégé des éventuelles infections.

 

Une hospitalisation plus longue que prévu

Il est aussi important de préciser qu’un bébé qui vient au monde bien avant la date prévue doit toujours prolonger son séjour à l’hôpital, après sa naissance. Cette hospitalisation peut ainsi être de quelques jours, à quelques semaines, voire quelques mois en fonction de son état de santé et surtout de la prématurité. Il a en effet besoin de soins particuliers prodigués par des professionnels de santé, notamment en ce qui concerne son alimentation, le suivi de son rythme cardiaque, de sa température corporelle, etc.

 

Un suivi minutieux pendant sa première année

À la différence d’un bébé né à terme, un enfant prématuré doit bénéficier d’un suivi plus minutieux, une fois sorti de sa couveuse. Bien évidemment, son état de santé sera suivi de très près par un pédiatre, de préférence hospitalier ou un médecin traitant. Un bilan général réalisé entre 4 et 6 mois, en fonction de l’importance de la prématurité sera également indispensable, afin de détecter les éventuelles anomalies neurologiques, les difficultés sensorielles, auditives et celles liées à son développement psychomoteur. Ce suivi se prolongera même jusqu'à son adolescence.